top of page
  • Writer's pictureReda Chebli

LES ERREURS À ÉVITER AVANT L’ACHAT

Dans le marché immobilier, vous trouverez plusieurs experts dans

différents domaines tel que les notaires, inspecteurs, courtiers immobiliers

et hypothécaires qui peuvent vous conseiller et accompagner durant vos

démarches d’achat. Malgré cette expertise qui est facilement accessible,

il y a malheureusement des acheteurs qui ne demandent pas conseil et

font des erreurs, ce qui affecte négativement leur projet d’achat. Afin de

vous éviter de commettre ces mêmes erreurs, en voici un rappel de

quelques-unes et qui sont fréquemment commises.


NE PAS CONNAITRE SA COTE DE CRÉDIT


Il est important de savoir votre cote de crédit avant de procéder à la

recherche de votre future propriété. Comme vous serez probablement

amené à acquérir votre propriété à crédit, en empruntant le montant

d’achat moins votre mise de fonds auprès de votre prêteur, votre dossier

de crédit va être vérifié pour statuer sur votre admissibilité au crédit et

évaluer le niveau de risque que vous représentez pour votre banque.

Si la vérification montre une faible cote de crédit suite par exemple à un

dossier de recouvrement en instance ou un surendettement, votre prêteur

va très probablement vous refuser le prêt et votre projet d’achat sera mis

en péril, sans compter la perte de temps inutile.


La solution idéale serait de consulter tôt votre dossier de crédit

directement auprès des agences d’évaluation Equifax et TransUnion et

faire affaire avec un courtier hypothécaire qui saura vous conseiller sur la

meilleure stratégie à adopter, advenant une mauvaise cote de crédit.

Vous pouvez aussi vérifier votre capacité d’emprunt en demandant une

pré-approbation hypothécaire. Cette préautorisation vous permettra de

savoir si vous êtes admis à un crédit et de connaitre le montant maximal

que vous pourrez investir dans l’achat de votre maison.


CHOISIR UN COURTIER IMMOBILIER AU HASARD


Il est vivement conseillé de bien sélectionner votre courtier immobilier avec

qui vous allez faire affaire. Vérifier sa réputation et son dossier

professionnel, lui demander des références et discuter avec lui pour

connaitre son expertise dans le type de propriété et le secteur que vous

convoitez sont des points importants à vérifier avant de commencer votre

collaboration avec lui.


ACHETER DIRECTEMENT DE CHEZ LE VENDEUR


Comme cela a été mentionné dans le chapitre précédent, s’abstenir de

collaborer avec un courtier est une entreprise périlleuse de votre part, vu

la complexité du processus d’achat tant sur le plan financier, technique

que juridique. Pour réussir votre projet immobilier et éviter les mauvaises

surprises, la meilleure solution serait d’engager un courtier immobilier.

Cela ne vous coûtera rien dans la majorité des cas et vous serez bien

conseillé. Le champ d'expertise du courtier immobilier est large et très

apprécié par tout acheteur.


SE RUER VERS LE PREMIER PRÊTEUR HYPOTHÉCAIRE


Au lieu d’aller magasiner les différentes offres hypothécaires proposées

par les prêteurs et comparer les conditions offertes, parfois des acheteurs

vont choisir par défaut leur banque avec qui ils transigent. C’est une erreur

monumentale qu’il faut éviter à tout prix. Une différence de taux par

exemple peut faire sauver beaucoup d’argent !


NÉGLIGER LES SUBVENTIONS


Pourquoi oublier ou négliger des aides et subventions auxquelles on a

droit ? Il y a plusieurs programmes du gouvernement fédéral et provincial

qui visent à aider les particuliers qui achètent une première habitation

qu’elle soit neuve ou en revente. Ces programmes peuvent être alloués en

forme d’aide financière directe, subvention ou crédit d’impôt comme :

l’aide pour l’accession à la propriété, Novoclimat, Renoclimat ou le crédit

d’impôt pour l’achat d’une première habitation.


NE PAS PRÉVOIR D’ARGENT POUR LES FRAIS DE CLÔTURE


Lorsqu'on songe aux dépenses liées à l'achat d'une maison, il n'y a pas que

les versements hypothécaires mensuels à prévoir. Il y a des frais de clôture

que vous pourriez devoir payer et qui sont estimés en moyenne à 3% du

prix d’achat. Ne pas les prévoir dans son budget ou les sous-estimer peut

mettre en péril votre projet d’achat.


GARDER LE BAIL


Si vous planifiez votre premier achat en immobilier et que vous êtes

actuellement un locataire, il y a des obligations dans votre contrat de bail

à respecter. Lorsque vous avez fait une promesse d’achat et qui a été

acceptée par votre vendeur alors que votre bail n’est pas encore terminé,

vous devez réfléchir aux options s’offrent à vous : payer pour les deux

maisons simultanément ? Devriez-vous plutôt briser votre bail et payer les

pénalités ? Céder le bail ou sous-louer l’appartement à un autre locataire

intéressé ?


La cession de bail reste l’option la plus pratique et la moins onéreuse en

trouvant un nouveau locataire qui va prendre votre bail après son

approbation par le locateur.


SOUS-ESTIMER LE TEMPS NÉCESSAIRE


Un projet d’achat fait dans les bonnes règles demande du temps. Le fait

de penser que quelques semaines suffiraient pour habiter sa nouvelle

demeure est irréaliste. Entre faire les recherches nécessaires, se faire

approuver par son prêteur, inspecter sa future maison, aller chez le notaire

et en prendre possession d’une manière effective, cela peut demander

plusieurs mois d’efforts et de préparation pour le bon déroulement du

processus d’achat. En outre, il serait toujours sage d’ajouter aussi deux

semaines de délai supplémentaire pour les imprévus. Cela vous évitera de

mettre de la pression sur les intervenants dans votre achat et vous-même.

Le plus important est d’y aller doucement, d’être entouré de bons

conseillers et surtout d’éviter des erreurs tout au long de votre processus

d’achat. Vous y gagnerez ! Ne dit-on pas que l’achat d’une propriété est

l’un des investissements les plus importants de sa vie ?


NÉGLIGER L’ENVIRONNEMENT DE SA FUTURE MAISON


La maison vous convient-elle ? Est-ce que l’hypothèque répond à votre

budget ? Mais qu’en est-il de votre secteur et quartier ? L’avez-vous

suffisamment étudié ? Y a-t-il les services désirés ? Est-ce que votre

famille, petit et grand seront heureux ? Est-ce que cela convient comme

distance à parcourir pour aller travailler ? Autant de questions auxquelles

il faut toujours réfléchir et étudier sérieusement dans l’étape initiale de

réflexion sur votre future acquisition.

0 views0 comments

Recent Posts

See All

Reprise de Logement au Québec

Voici un petit guide pour les futurs propriétaires d'immeubles locatifs La reprise de logement est une question délicate qui nécessite une compréhension approfondie des lois et réglementations en vigu

bottom of page